Un an d'échange à l'Illinois Institute of Technology of Chicago, ou lorsque le petit marseillais se rend au pays de l'oncle Sam et de Burger King... Au fan de pied il est pas fada ce minot?! Peuchère, à aller tchatcher avec les Ricains pendant un an, il va nous revenir complètement chèvre. Enfin, lui au moins il se cague pas!

mercredi 24 septembre 2008

La saga continue

Pas de trucs dégueus style pipi, caca et toilettes aujourd'hui. Un peu de sérieux tout de même! Je suis censé être ingénieur à la fin de mes études. J'ai bien écrit "censé". L'avenir nous dira si cette ambition de l'INSA de Lyon sera accomplie. Pour le moment je suis étudiant en échange pour un an à Chicago et j'en profite pour perfectionner mon anglais, découvrir la ville, la culture américaine, mais aussi pour suivre en direct l'excellent feuilleton "Backpacks in the Commons". Que d'action de suspense et de rebondissements!
Les acteurs ne sont pas professionnels et le metteur en scène est inconnu, mais qu'est ce que c'est bien! On ne sait jamais ce qui va se passer et surtout on se demande tous comment cela va finir. Tout le monde ne parle que de ça. Vous vous ennuyez en cours et vous remarquez que votre voisin commence lui aussi à sombrer dans un état létargique, posez lui une question sur les "backpacks at the Commons" et vous aurez un sujet de discussion pour le restant de l'amphi. Vous vous retrouver aux toilettes à côté de quelqu'un d'autre (situation toujours très embarrassante, jetez juste un "it sucks what they want to do at the Commons" et le moment passé devant la pissotière deviendra tout de suite moins embarrassant... Mince, j'avais dit pas de toilette. Pardon. Prenons donc un autre exemple: vous avez repéré depuis le début du semestre une fille (ou un garçon d'ailleurs) qui vous plaît mais vous ne savez pas comment l'aborder. Attendez seulement le moment du repas et essayez un petit "so can we take our packpack with us today?" et le tour sera joué. Sincèrement, il n'y a pas aujourd'hui, sur le campus de IIT de meilleure approche que d'engager la conversation sur la politique de la Sodexo au Beurk!

Bref, en fin de semaine dernière, je vous disais que les sacs de cours s
eraient interdits à partir de lundi 22 septembre au sein du restaurant scolaire. Je me suis donc pointé lundi matin le dos vide. Mais d'autres étudiants avaient leurs sacs. En fait, le meeting de vendredi soir a permis d'obtenir de la Sodexo que l'on puisse prendre nos sac de cours avec nous à condition que l'on donne des idées pour éviter le gaspillage. Il y a donc dans tout le réfectoire des affiches sur lesquelles on peut donner nos idées. Un site internet et une adresse mail ont été mises à notre disposition pour faire avancer les choses. Ca ne rigole plus!
Mais là où tout le monde reste perplexe, c'est lorque la Sodexo affirme que l'interdiction des sacs dans le restaurant scolaire à pour but de réduire le gaspillage... Je crois que personne ne comprend vraiment le raisonnement qui est tenu. Si vous pouviez nous éclairer là-dessus, laisser un commentaire, nous (les 3000 élèves de IIT) vous en serions très reconnaissants.

De mon point de vue, l'objectif de la nouvelle politique de la Sodexo est de gagner de l'argent, tout simplement. Si nous ne pouvons pas prendre nos sacs, cela signifie que nous ne pouvons pas emporter de nourriture. Mais je n'ai encore jamais vu personne mettre dans son sac un tupperwear plein de nourriture. Emporter une orange ou trois cookies, ne va pas ruiner la Sodexo, non?

Les arguments de la responsable de la nourriture à IIT (Wendy Surak) ne sont d'ailleurs pas très clairs. Je vous mets en ligne l'article rédigé par cette Wendy et publié dans le denrier TechNews, le journal de l'école pour que vous puissiez en juger par vous même.

Pour résumer rapidement pour ceux qui ont quelques problèmes avec la langue de Shakespeare (les autres, cela ne vous dispensent pas de lire l'article;-) la manager général dit que que son but de proposer la meilleure nourritur
e possible sans que cela ruine l'université, qu'ils veulent contrôler la quantité de nourriture qui sort des Commons, qu'il ne faut pas gaspiller et que donc il ne faut pas que l'on prenne de nourriture dans nos sacs... Apparemment il vaut mieux tout jeter. A moins qu'ils aient employé des gens pour finir les plateaux. Ca expliquerait pourquoi il y a quelques gros, voire très gros... Et même pire sur le campus. Mais je doute de cela.
Pour finir, vu qu'elle écrit pour un journal destiné à des élèves ingénieurs, elle met quelques chiffres (il faut toujours donner des chiffres!). Mais je pense qu'elle aurait du s'abstenir. L'article ressemble à un feu d'artifice. En le lisant on se dit: Whoua, marrant... Houhou, jolie bêtise... Excellent mensonge... Superbe connerie... Quell
e inventivité... Et puis la fin de l'article est comme la fin d'un bon feu d'artifice. C'est le bouquet final.
Je traduis: "Nous avons dépensés les sommes suivantes pour remplacer les objet perdus ou jetés:

$186.25 on forks (fourchettes), là j'y suis pour rien
$591.25 on knives (couteaux), toujours pas de ma faute
$135.00 on spoons (cuillères), c'est vrai qu'après seulement un mois à IIT j'en ai une
$756 on cups (tasses), là aussi je dois avouer que j'ai la mienne:-)
...
$956.87 on oranges (oranges, le fruit, oui, oui), là j'ai participé
$3515.23 on pastries (pâtisseries), là j'ai beaucoup participé
$$798.85 on apples (pommes)"
La liste ne s'arrête pas là mais je pense que c'est assez pour montrer la bêtise de cet article. Et puis en plus j'ai la flemme de recopier le reste. Non mais sincèrement, c'est pas débile d'écrire ça?! Ils ont dû dépenser de l'argent pour remplacer des oranges, des pommes et des pâtisseries!! C'est pas possible, ils veulent nous faire mourir de rire! Enfin, peut-être que pour les Américains, les oranges, pommes et pâtisseries sont là seulement pour décorer. Cela expliquerait pourquoi il n'y a jamais personne autour des ces présentoires.

En attendant, pour nous permettre d'emporter du soda, de l'eau ou du café, nous avons tous eu droit à un "mug". Par contre, comme vous pourrez le lire sur l'affiche, il est interdit d'emporter du jus ou du lait. Pourquoi? Peut-être parce que ce sont les boissons les plus chères. Personnellement, je ne bois pas de soda et pas de café et pour ce qui est de l'eau j'ai ma petite bouteille perso. Je remplis donc mon "mug" de... cookies! C'est juste le diamètre. On dirait que c'est fait exprès! Après je sors en marchant tout doucement, en tenant mon pot bien droit et des deux mains, comme s'il contenait du liquide et personne ne me dit rien. Merci bien pour ce t
upperwear la Sodexo!

PS: par contre je vous demanderai de ne pas trop ébruiter la technique parce que sinon ils sont capables de changer le diamètre des cookies et il faudra que je trouve autre chose.


L'affiche et l'article. Régalez-vous, c'est mieux qu'un sketch!

4 commentaires:

Mike a dit…

Dude...
They gave you a "mug", not a "hug" =)
Un "hug", c'est cette manière qu'ont les Américains de s'enlacer pour se dire bonjour. Ils se serrent dans leurs bras.

J'ai bien ri avec les chiffres qu'ils donnent concernant les couverts. Ca correspond même pas au bénéfice qu'ils font sur le dos d'un unique étudiant en une année!!

Bon courage
Mike

Le Petit Marseillais a dit…

Oupss... La boulette du débutant! Je corrige ça tout de suite! Thank you for your participation man!

Sanh a dit…

"Mais je n'ai encore jamais vu personne mettre dans son sac un tupperwear plein de nourriture"

humhum

moi si?!

Le Petit Marseillais a dit…

Lorsque j'écris "nourriture", je veux dire un plat cuisiné, pas un sandwich, un fruit ou des cookies. Parce que, entre nous, pour embarquer un sandwich, un fruit ou des cookies, un simple sac en plastic suffit (voire même la poche du blouson seulement). Mais on va être sport et on va dire "bonne chance Sodexo!"