Un an d'échange à l'Illinois Institute of Technology of Chicago, ou lorsque le petit marseillais se rend au pays de l'oncle Sam et de Burger King... Au fan de pied il est pas fada ce minot?! Peuchère, à aller tchatcher avec les Ricains pendant un an, il va nous revenir complètement chèvre. Enfin, lui au moins il se cague pas!

mercredi 5 novembre 2008

Election Night à Grant Park: historical moment

Je sais que beaucoup attendent avec impatience cet opus... Et je vous comprends! Je ne sais pas trop comment raconter un tel événement. Dois-je être complètement objectif et sérieux et me concentrer uniquement sur la soirée à Grant Park ou puis-je expliquer comment j'en suis arrivé à aller à Grant Park et mettre une petite pointe d'humour dans cet article. Une pointe d'humour? Volontiers!
Voilà, tout le monde (le monde au sens premier du terme!!) attendait avec impatience les élections américaines. On savait depuis longtemps que ce serait le 4 novembre 2008. Mais on sait maintenant que cette date restera gravée à tout jamais dans l'histoire de l'humanité. Vous vous rendez compte, un noir à la tête de la première puissance mondiale! Je suis sûr qu'il y en a qui doivent en faire des cauchemards (tiens, bien fait pour ta gueule Le Pen!). Pour avoir assisté en direct à l'annonce des résultats, je peux vous dire que le moment était magique. Pourtant j'ai mis du temps à me décider à aller à Grant Park.

La faute à cette indécision revient en premier lieu à la I Fest (ouais, encore elle!). Vu que j'avais passé ma semaine à préparer des jeux de scène et des scripts en anglais, je n'avais pas trop bosser mes homeworks et mes compte-rendus de TP. J'en avais donc deux pour aujourd'hui, un pour demain et trois pour vendredi. Le temps pressait de faire ça, d'autant que je voulais aller à la piscine ce matin. Je m'étais mis dans l'idée de finir au moins un de mes deux homeworks pour aujourd'hui avant de "peut-être" aller dans le downtown. Le problème c'est que le devoir de fondations était compliqué et je commençais à comprendre que je ne pourrais pas le finir avant un bon moment. J'ai donc allumé la radio, CNN live: "More than one million people are waiting here in Grant Park.... Barack OBAMA is arrived here in the afternoon... Many people with T-Shirts, flags, posters..." Je dois vous dire que ce n'était pas facile de travailler. Je décide donc d'appeler les copains pour savoir ce qu'ils font. Pas moyen d'avoir Skyppi. Pas moyen d'avoir Sanh... Je refais l'essai une fois, deux fois, trois fois... Finalement Sanh décroche: "je suis dans le train, rejoins nous, on se trouvera bien"... "Heu, ça j'en suis pas sûr. Je vais rester à la chambre, c'est plus sûr". Mais impossible de faire mon homework. J'avais le sentiment que quelque chose de
très spécial se passait. Tant pis pour le homework, il attendra demain! Go to Grant Park!
Me voilà donc parti en direction du nord. Habituellement, les parkings que l'on aperçoit le long du train sont plutôt vides le soir. Mais là ils étaient tous blindés. Roosevelt est normalement une station tranquille, hier il y avait autant de monde que dans le métro marseillais un soir de match. Je n'avais pas pris la carte du downtown et je ne savais pas trop où il fallait que j'aille. Mais je n'ai pas eu à me poser longtemps la question. A peine sortie du L (le train en hauteur de Chicago) je me suis retrouvé au milieu d'une foule de gens portant des T-Shirts, drapeaux, casquettes, pins... A l'effigie de Obama. J'ai donc suivi le flow. C'était impressionnant. Les 4 voies du downtown étaient toutes coupées et envahies par des milliers et des milliers de gens. Tout le monde avait voté dans le même sens et maintenant tout le monde marchait dans le même sens. Ca me faisait un peu penser à la scène de l'Age de Glace 2 (y'a de la référence là hein! Qu'est-ce que vous vous voulez c'est mon âge!) quand les animaux commencent à se déplacer tous dan
s la même direction parce qu'ils ressentent qu'un grand événement va se passer. Après quelques minutes de marche je suis arrivé à une "intersection": à droite ceux qui avaient une invitation (et qui allaient voir Obama en vrai", à gauche ceux qui n'avaient pas d'invitation et qui allait voir Obama sur des écrans géants. Evidemment je n'avais pas de ticket, donc je suis allé où il y avait plein de monde, à gauche. Avant de continuer, j'aimerais vous dire que les billets ont disparu en quelques heures. Si vous étiez intéressés pour voir Obama, il fallait vous dépêchez... Ou alors payer très cher. Deux Français de IIT ont en effet vendu leur billet 400$ l'unité sur e-bay étant donné qu'ils ont finalement été invités par TF1. Pourquoi? Comment? Je ne sais pas.
J'en étais à la file de gauche. L'entrée de Grant Park se fait sur des espèces de ponts. Je me suis donc "enquillé" dans la queue. Ca n'avançait pas très vite. Et puis j'ai remarqué que très peu de personnes n'utilisaient le t
rottoir. C'était en fait surtout des gens qui sortaient. Je me suis donc faufilé jusqu'au sidewalk (pas facile quand on fait 1,90m) et j'ai remonté le pont à coup de "sorry", "excuse me", "pardon", en 1mn montre en main. Mais j'ai été accueilli de l'autre côté du pont par un flic qui m'a gueulé dans les oreilles "go away! The sidewalk is an exit! Go left! Go left!!". OK, OK, mec, pas de problèmes je vais aller "left". Je me suis donc re-enquillé dans la file et je suis tout de suite entré dans Grant Park. Première mission accomplie.
Seconde étape, trouver quelque chose d'intéressant à voir. Soudain un cris immense,. C'est pas possible, Obama doit être là. Je presse le pas et arrive devant un écran géant sur lequel vient de s'afficher le résultat des votes de l'Iowa: Obama a gagné dans cet état, ce qui met ses supporters dans tous leurs états. Je me rends compte qu'il n'y a pas un écran, m
ais des dizaines. Je me dirige vers un. Pourquoi celui-là, je ne sais pas. Me voilà prêt pour la grande nouvelle du siècle. Il est 20h15 et le résultat définitif ne devrait pas arriver avant 23h. J'ai du temps. Sur l'écran un gars récapitule les scores déjà connus, fait des hypothèses sur les résultats à venir, prend la température au QG de Mc Cain... Le tout copieusement entrecoupé de pub. Je pense qu'elle devait valoir des sous la seconde de publicité sur CNN hier entre 20h et 23h! Ces longues minutes de réclame me donne le temps d'observer les gens autour de moi. Il y a de tout: des noirs, des blancs, des jaunes, des jeunes, des vieux, des familles, des bandes de copains... Il y a même des jolies filles, comme quoi il y en a quand même! Mais je ne vois pas de gros. Il faut dire que rester debout pendant 3 heures n'est pas facile. Ou alors peut-être que les fans de Obama ont fait comme lui et se sont fait refaire une beauté à coup de chirurgie esthétique... Pendant une petite pause pub j'aperçois Mathieu, un Français de IIT, l'ancien président de la FRench Association. Je l'attrape au vol. Incroyable: au milieu de tous ces gens on s'est retrouvé. On attend donc ensemble, ce qui permet de taper la discute. Pauvre Mathieu, il regrettait de ne pas être de l'autre côté de la barrière pour voir Obama en vrai. C'est vrai qu'il a été président tout de même! Obama aurait pu lui faire une invit spéciale!
Les heures passent, les résultats tombent petit à petit. Ils sont très favorables au candidat démocrate. On sent que la tension monte dans l'assistance. Tout le monde croise les doigts. Ca va le faire, c'est sûr. Et puis tout d'un coup jingle et grosse inscription sur l'écran: "BARACK OBAMA ELECTED PRESIDENT"... A ce moment là il s'est passé quelque chose d'indescriptible. Les gens se sont mis à crier, sauter, pleurer, à tomber dans les bras de leur voisin... C'est comme si pendant les 2 minutes qui ont suivi l'annonce de la victoire démocrate tout Chicago s'était mis à crier. Je ne suis pas Américain, je ne suis pas trop versé dans la politique et je ne connais pas Obama personnellement, mais je dois dire que ce moment m'a fait quelque chose. J'ai ressenti au fond de moi quelque chose de spécial que je n'avais encore jamais ressenti (et je me fous des remarques des petits rigolos qui vont se moquer de moi, na!). Il était aux alentours de 22h30.

Quelques minutes plus tard a suivi le discours de Mc Cain. Un peu sifflé, un pe
u applaudi, le discours du conservateur a été respecté, c'est tout. Puis vers 22h50 une dame est apparue devant le pupitre où Obama devait venir. Elle a entamé l'hymne américain a capella. Impressionnant. Et puis à 23h04 la porte à l'arrière de la scène s'est ouverte et Barack Obama est apparu avec sa femme et ses filles. Re applaudissements, sauts, pleurs... Vraiment je vous le répète, c'était émouvant. Après avoir longuement salué la foule Obama a pris la parole pour remercier les gens qui l'ont soutenu, sa grand-mère, décédée quelques jours plus tôt et lancer un message de paix et d'espoir pour l'avenir. Son discours était ponctué du fameux "yes, we can", repris par le million de gens présent à Grant Park. Ca fait quelque chose, et même si ça fait rire les copains, je dois dire que j'en avais les larmes aux yeux. J'y peux rien, je pleure facilement!
J'aimerais seulement faire une petite remarque à ce cher Obama qui a affirmé hier que le rêve américain n'était pas mort et que tout était possible. Je ne pense pas qu'il soit possible pour moi d'être un jour président. La raison est très simple, je tomberais malade dès l'élection! Il devait faire 15°C hier soir, j'avais donc ma veste et j'avais remonté la fermeture jusqu'en haut pour me protéger la gorge. Obama est arrivé sur scène en costard cravate et il a fait son petit discours d'une quinzaine de minutes comme ça. Vraiment je ne pourrais pas!

A la fin du discours tout le monde est reparti vers le downtown, et je dois dire que c'était très très impressionnant. En arrivant il y avait du monde dans les rues, mais là tout le monde repartait en même temps. Il y avait des gens aussi loin que vous puissiez voir. Tout le monde marchait en criant des "OBAMA OBAMA OBAMA" ou alors "YES WE CAN YES WE CAN". Tout d'un coup quelqu'un se mettait à crier et tout le monde se mettait à crier. C'était immense. C'est alors que l'on (Mathieu et moi) a ret
rouvé Sanh, Skyppi et toute la bande. Quand tu voyais tous les Américains qui téléphonaient pour se retrouver, hé bien nous, sans se téléphoner on s'est trouvé!
Le groupe ainsi formé s'est ensuite séparé entre ceux qui sont allés boire un verre (les petits chanceux qui n'avaient pas de homeworks pour aujourd'hui) et les loosers qui avaient des devoirs à rendre. Aujourd'hui j'ai rendu mon devoir de fondation dans les temps. Il n'était peut-être pas aussi bien rédigé que si j'avais passé la soirée de hier à faire ça, m
ais je ne regrette pas mon choix. La Election Night de Grant Park était un moment magique et historique. Le moment que j'ai passé avec les copains, perdu au milieu de milliers d'Américains va complètement dans le sens d'une citation que j'ai trouvée dans le bouquin de "Foundation Design". Comme quoi il n'y a pas QUE des bêtises dans les bouquins scolaires. Il y a aussi des choses qui servent;-). Voici la citation, traduite de l'anglais par moi-même: "Le plus grand danger qui vous guette est de laisser les choses urgentes prendre le dessus sur les choses importantes", Tyranny of the Urgent , Charles HUMMEL. Le homework de fondation était urgent, mais aller à Grant Park était important... Bien plus important.





Grant Park!!!


video video video

2 commentaires:

toinou a dit…

Franchement Benoit, t'as vécu quelque chose d'historique et le fait de pleurer se comprend largement ! Je t'envie d'avoir vécu ça ! La citation dit vrai ! En tous cas, ce matin, Obama a du flipper... Retirez-vous et convertissez-vous ! Gloups... ça commence bien ! Tu me gardes un panneau Yes We Can !

joelle a dit…

SALUT BENOIT je suis tout ce que tu fais.Je vois que tu profites a fond de ton séjour. super les photos et vidéo continue à bientôt Joelle