Un an d'échange à l'Illinois Institute of Technology of Chicago, ou lorsque le petit marseillais se rend au pays de l'oncle Sam et de Burger King... Au fan de pied il est pas fada ce minot?! Peuchère, à aller tchatcher avec les Ricains pendant un an, il va nous revenir complètement chèvre. Enfin, lui au moins il se cague pas!

samedi 17 janvier 2009

Mon séjour à Boston... En images



Je suppose que vous avez saisi à la lecture de mon dernier post que j'étais bien remonté contre la peste de la famille. Ma colère contre elle n'est toujours pas passée, surtout que maintenant, en plus de m'avoir pompé l'air pendant une semaine avec un pic de chiantise majestueux lors de la visite de l'aquarium, cette merdeuse m'a refilé sa crève. Je vous assure cette gamine ce n'est pas un cadeau... Bref, même si depuis deux jours je ne pète pas la forme, je ne suis pas resté enfermé à la maison. Deux raisons majeures. La première, c'est que je ne suis pas à Boston pour une éternité et que je ne sais pas quand est-ce que j'aurai l'occasion de revenir. La seconde, c'est que si je reste à la maison, cela signifie que je dois supporter le monstre et j'en ai ras le bol de l'entendre hurler à longueur de journée.
Comme je vous l'ai dit, Boston (prononcé Bos-ton par les Québécois, just like "bosse ton bac") n'est pas une très grande ville. En deux jours j'ai eu fait le tour du downtown et des places à touristes. Je dois aussi dire que j'en ai un peu plein le dos (qui a dit plein le cul?) de la ville. Si j'ai appris beaucoup de choses sur les US pendant ces cinq semaines de vadrouille, j'ai aussi appris beaucoup de choses sur moi. Je ne vous ferai pas étalage de tous ces enseignements tant ils sont personnels. Je vous dirai tout juste que si je suis un gars de la ville (j'ai toujours habité dans une grande ville) j'ai besoin de nature, d'air pur et de grand espace pour les vacances. Je ne sais pas si je serais capable de vivre à la campagne ou à la montagne, mais il est certain qu'il est nécessaire pour moi de quitter la ville, les voitures, le béton et tout le confort apporté par une grande agglomération pour aller crapahuter à droite à gauche dans un espace naturel.
Miami n'est pas l'endroit le plus préservé qu'il soit. Chicago est la troisième ville des USA, royaume des gratte-ciel, des taxis et des passages piétons. A Montréal se trouve le Mont-Royal. Ce n'est pas les Alpes ou les Pyrénées mais ça permet de passer une bonne journée. A Leominster, dans la banlieue de Boston, là où j'ai été accueilli pendant une semaine, nous sommes coïncés entre la voie ferrée, l'autoroute et le centre commercial. Pas terrible pour quelqu'un qui a besoin de nature et d'espace!
Heureusement le Vermont et ses montagnes ne sont pas loin... C'est pourquoi après trois jours passés à visiter Boston, j'ai pris la direction de Wachusset Mountain. Ce n'est pas dans le Vermont, ce n'est pas un 8000m, ce n'est pas si grand que ça, mais c'est tout de même un endroit sans voiture, sans béton et sans feux rouges. Un endroit où il y a de la neige blanche (sans sel de déverglaçage et sans sable), des arbres plein de glace, des sentiers vallonnés et des traces d'animaux sauvages. Bref, un endroit qui m'a bien plu. Comme le soleil brillait ces deux derniers jours j'ai pris quelques couleurs sur les parties de mon visage qui dépassaient: nez et paumettes. Tout le reste est toujours aussi blanc que lors de mes bains à Miami. Personne ne s'amuse à se faire dorer la pillule avec des températures ressenties de l'ordre de -20°C!
Il n'est pas facile de vous raconter toutes les anecdotes cumulées en une semaine. C'est pourquoi je vous laisse en compagnie de l'album photos ci-dessous. Comme pour Miami, vous y trouverez des commentaires détaillés vous permettant de visiter Boston et Wachusset Mountain comme vous y étiez (commentaires pertinents du guide en prime;-)


Boston




2 commentaires:

Mike a dit…

Je suis heureux que tu aies pu voir un peu de la diversité des US. J'imagine que ca restera pour toi une expérience positive.

Précision technique toutefois, Chicago n'est pas la deuxième mais la troisième ville des US, derrière New York City et Los Angeles. Et, chose amusante, si Brooklyn était séparée de New York City, alors cette banlieue deviendrait la 4è ville du pays!

Allez, reviens dans notre hiver glacial. On a eu des windchills à -50 Fahrenheit (-46°C) en banlieue cette semaine

Mike

Le Petit Marseillais a dit…

Merci pour la correction Mike! Pour ce qui est des températures extrêmes j'ai eu mon compte. Je veux le printemps maintenant. Mais il semble qu'il me faille encore attendre un peu:-)